Paris profite du Brexit

La capitale française devrait figurer parmi les trois métropoles qui vont le plus bénéficier de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Le Brexit pourrait s’avérer une très bonne affaire pour l’immobilier de bureaux parisien. Alors que la perspective d’un retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) sans accord (« no deal ») devient chaque jour plus vraisemblable, les transferts d’activités de Londres vers Paris se multiplient. Selon le dernier pointage diffusé le 26 mars 2019 par le cabinet de conseil en immobilier Knight Frank, la Ville lumière a déjà accueilli 47 projets d’implantations d’entreprises britanniques depuis 2017.

Ce qui place la capitale française au troisième rang (ex-aequo avec Amsterdam) des métropoles du continent qui bénéficient le plus des relocalisations liées au Brexit, derrière Luxembourg (55 projets) et Dublin (86 projets) qui, grâce à sa proximité géographique et linguistique ainsi que son régime fiscal clément, mène largement la course en tête. Sans surprise, la très grande majorité des projets d’installation à Paris sont liés à la finance.

La finance surreprésentée

En quittant l’UE, les établissements installés à Londres vont, en effet, perdre leur passeport financier européen. Pour servir leurs clients du continent, les acteurs de la City sont contraints d’installer une base de l’autre côté du « Channel ». Ainsi, 43% des projets d’implantation à Paris concernent des banques. Les sociétés de gestion d’actifs arrivent en deuxième position (21% des projets), puis viennent les cabinets de courtage et les fintech (11% chacun), suivis des assureurs (9%).

Reste que les entreprises d’Outre-Manche qui ont choisi la capitale française y sont généralement présentes de longue date, constate Knight Frank. « Elles y disposent déjà de bureaux et sont souvent en mesure de ‘pousser les murs’ pour loger d’éventuels rapatriés du Royaume-Uni. C’est en partie pour cette raison que les prises à bail de bureaux liées au Brexit ont jusqu’à présent été peu nombreuses en Île-de-France, même si un ‘Brexit dur’ pourrait changer la donne », estime le conseiller immobilier.

L’atout Défense

En revanche, Knight Frank ne pense pas que la pénurie de bureaux à Paris, notamment dans le quartier central des affaires (QCA), très prisé des établissements financiers, constitue un handicap. « La tendance à la raréfaction de l’offre immobilière n’est pas propre au marché parisien et concerne bien d’autres métropoles européennes. En outre, le parc de bureaux franciliens est bien plus vaste que celui des autres villes du Top 5 et offre plusieurs alternatives au marché du QCA ».

La Défense devrait ainsi représenter une bonne solution de repli. « Le quartier d’affaires accueille plusieurs grandes entreprises et institutions financières, et peut même aujourd’hui s’enorgueillir de compter un nouvel acteur de premier plan avec l’arrivée récente de l’Autorité bancaire européenne », souligne David Bourla, directeur Études et Recherche chez Knight Frank France, cité dans l’enquête.

Preuve de l’appétence des financiers britanniques pour Paris : la capitale française creuse l’écart avec Francfort, qui héberge pourtant le siège de la Banque centrale européenne (BCE) et qui accueille, pour l’heure, seulement 41 projets d’implantations liés au Brexit.

 

Source : https://www.knightfrank.fr/presse/brexit–le-12-avril-et-apr%C3%A8s–l%E2%80%99analyse-de-knight-frank-013072.aspx

Des questions ?

Nos experts sauront répondre à vos interrogations et vous donner des informations complémentaires

Vous aimerez aussi...

Coronavirus : impact limité sur les bureaux franciliens ?

Dans une note récente, un dirigeant du conseiller en immobilier CBRE estime que le marché tertiaire locatif pourrait rebondir dès 2021 en Île-de-France. Le marché de l’immobilier d’entreprise devrait connaître une reprise dès l’an prochain dans la région francilienne. C’est du moins ce que pronostique Grégoire de la Ferté, directeur exécutif Bureaux Île-de-France chez le…

Lire l'article
Bureaux : les investisseurs roulent pour les transports

La qualité du réseau de transports publics représente le premier critère de sélection pour les investisseurs immobiliers, selon la dernière étude conjointe du cabinet PwC et de l’association Urban Land Institute.   Les transports publics arrivent en tête des critères de sélection des investisseurs immobiliers. C’est l’un des enseignements plutôt surprenants de la 17ème édition…

Lire l'article
Bureaux : des valeurs locatives très contrastées dans l’Ouest parisien

Si les bureaux sont loués en moyenne 220 euros le mètre carré par an à Nanterre-Préfecture, les prix grimpent à 560 euros le mètre carré par an à Charles de Gaulle – Étoile. En matière d’immobilier d’entreprise, on a l’habitude d’opposer l’ouest et l’est de Paris (en intégrant sa périphérie), le premier étant réputé plus…

Lire l'article
Les bureaux concentrent les investissements

Sur les six premiers mois de l’année, les bureaux ont représenté 77% des montants investis en France dans l’immobilier d’entreprise. Les investisseurs disent plus que jamais banco aux bureaux. Ces actifs ont représenté 77% des montants investis sur le marché français de l’immobilier d’entreprise au premier semestre 2019, selon une récente étude du leader mondial…

Lire l'article