Investir en OPCVM : Nos solutions pour investir

Nos solutions pour investir en OPCVM

Nos fonds Multi-Asset

Les fonds Multi-Asset, aussi appelés fonds multi-actifs en français, permettent de regrouper des investissements sur plusieurs classes d’actifs au sein d’un même portefeuille. Investir dans un fonds Multi-Asset est un moyen pour l’épargnant de diversifier les risques et de rechercher de la performance en s’adaptant aux conditions du marché. Au sein des fonds Multi-Asset, on peut aussi bien trouver des actions, des obligations, des stratégies alternatives, que des matières premières, des liquidités…

Swiss Life Asset Managers France propose trois fonds Multi-Asset de droit français : les fonds Swiss Life Funds (F) Multi Asset Moderate, Swiss Life Funds (F) Multi Asset Balanced et Swiss Life Funds (F) Multi Asset Growth.
Les allocations de portefeuille se répartissent entre actions, obligations et stratégies diversifiantes selon un processus d’investissement quantitatif et systématique. Les trois fonds suivants ont des profils de risque différents : le fonds Moderate a un profil prudent (pour un risque faible), le fonds Balanced un profil équilibré (pour un risque modéré) tandis que le fonds Growth a un profil dynamique (pour un risque plus élevé).

Nos fonds actions

« Investir en actions, c’est soutenir le développement d’une société, en espérant de bons rendements pour votre épargne. Choisir les actions, c’est opter pour un investissement de long terme1. ». L’investissement en actions peut se faire en direct ou via des OPCVM. Dans les deux cas, il convient d’accorder une attention particulière à la diversification des investissements afin de réduire le risque des différents placements. L’arbitrage entre ces deux modes de gestion sera réalisé par l’épargnant en fonction de ses connaissances et du temps qu’il a à consacrer à cet investissement. Grâce à un OPCVM actions, l’épargnant pourra accéder à un très grand choix d’actions. Des frais seront prélevés pour rémunérer les sociétés de gestion de portefeuille.

Swiss Life Asset Managers France est un précurseur en gestion quantitative. La gamme de fonds actions regroupe plusieurs expertises : actions protégées, actions hauts dividendes, approche multifactorielle, etc.

Quatre fonds actions sont plus particulièrement destinés au grand public :

Nos fonds taux et crédit

La gestion taux et crédit constitue le savoir-faire historique de Swiss Life Asset Managers, directement hérité de sa longue expérience au service des compagnies d’assurances. L’offre de gestion pour compte de tiers couvre la plupart des segments de marché : obligations crédit, High Yield, indexées sur l’inflation, et dette émergente.

Quatre fonds sont notamment destinés au grand public :

Qu’est-ce qu’un OPCVM ?

Un OPCVM désigne un organisme de placement collectif en valeurs mobilières. C’est un support de gestion collective qui permet à des épargnants de confier une partie de leurs capitaux à des gérants professionnels, les sociétés de gestion de portefeuille. Les OPCVM permettent de simplifier l’accès des investisseurs néophytes au marché boursier mais aussi de limiter les risques inhérents à la gestion individuelle directe, et donnent la possibilité d’investir de plus petites sommes.

Il existe deux types d’OPCVM : les sociétés d’investissement à capital variable (SICAV), et les fonds communs de placement (FCP).

Dotée d’un conseil d’administration et de la personnalité morale, la SICAV gère un portefeuille de titres pour le compte d’investisseurs. Chaque investisseur est actionnaire de la SICAV et détient à ce titre un droit de vote qui lui permet de s’exprimer sur la gestion de la société lors des assemblées générales.

A l’inverse de la SICAV, le fonds commun de placement (FCP) n’a pas de personnalité morale. C’est une copropriété de valeurs mobilières qui émet des parts. Chaque porteur de parts dispose d’un droit de copropriété sur les actifs du fonds, proportionnel au nombre de parts qu’il détient.

Les OPCVM, réglementés par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), offrent au souscripteur la possibilité d’investir sur des marchés financiers auxquels il n’aurait que difficilement accès autrement, comme les marchés monétaires étrangers. Cela permet de se créer un portefeuille boursier diversifié, commun à plusieurs épargnants, géré par un professionnel. Il est possible d’acheter des OPCVM via un compte-titres ou via les Plans d’épargne en actions (PEA) ou un contrat d’assurance-vie.

Comment choisir son OPCVM ?

Avant de choisir un fonds, il est nécessaire d’identifier son profil investisseur, c’est-à-dire le risque maximum que l’on est prêt à accepter et son projet d’investissement. Il est important de rappeler que plus la volatilité est grande, plus le risque est élevé. A titre d’exemple, en général, un OPCVM monétaire affichera des risques limités mais des rendements moindres tandis qu’un OPCVM actions ou alternatif sera plus risqué et donc susceptible de générer des rendements plus importants.

Avant de prendre la décision d’investir, il faudra aussi observer la performance du fonds, c’est-à-dire ses résultats à moyen et long terme (sur une période de 3 à 10 ans), tout en sachant que les performances passées ne préjugent pas des performances à venir. Il faudra aussi vérifier l’échelle de risque SRRI et quels sont les titres qui sont détenus par le fonds, et dans quelle proportion, de manière à évaluer le niveau de risques.

Il est essentiel de se renseigner sur la société de gestion, sa structure financière, et plus généralement, ses principes de gestion. Il peut être intéressant de regarder si le fonds est « process-driven », c’est-à-dire qu’il suit une méthodologie précise avec des thèmes d’investissement bien définis, ou s’il est discrétionnaire, c’est-à-dire que le gérant prend les décisions plus arbitrairement. Vous trouverez ces informations dans le prospectus du fonds.

Enfin, il faudra porter un regard attentif aux frais de gestion. Ils sont évalués en pourcentage du capital. A ces frais de gestion peuvent s’ajouter des frais additionnels, comme les frais d’entrée, ou les commissions de surperformance.

Si vous avez besoin d’accompagnement, d’échanger à propos de l’opportunité d’investir en OPCVM, n’hésitez pas à contacter votre conseiller bancaire ou votre conseiller en gestion de patrimoine. Ils seront les plus à même de vous éclairer sur la proportion de votre capital à investir, sur les meilleurs supports de placement en fonction de votre appétence au risque et de la durée de placement souhaitée.

Source : définition de l’AMF, article « Investir en actions » publié le 18 octobre 2018 

Tout savoir sur les OPCVM

Toutes les réponses à vos questions sur l'univers des OPCVM

Des questions ?

Nos experts sauront répondre à vos interrogations et vous donner des informations complémentaires

L'actualité OPCVM

Les actions : l’actif le plus rentable sur 40 ans

Sur les quarante dernières années, le rendement réel des actions devance toutes les autres classes d’actifs, selon une récente étude.   Les actions constituent bien la classe d’actifs la plus rentable sur le très long terme. Cette assertion, répétée à l’envi aux épargnants, est confirmée par la dernière édition de l’étude consacrée aux performances comparées…

Lire l'article
DICI : la « Bible » de l’investisseur

Le document d’information clé pour l’investisseur doit être consulté avec attention, comme l’illustre le Médiateur de l’Autorité des marchés financiers dans une récente instruction.   Le document d’information clé pour l’investisseur (DICI) doit être remis avant la souscription à un fonds. Ce document standardisé au niveau européen, de deux ou trois pages, décrit les données…

Lire l'article
Les fonds de la Gamme Multi-Asset changent de nom

Nous vous informons que les fonds de la Gamme Multi-Asset ont changé de nom le 30 juin 2020. Cette évolution a pour objectif d’uniformiser les noms des fonds entre les différentes entités de Swiss Life Asset Managers, afin d’apporter une meilleure lisibilité aux investisseurs. Depuis bientôt 15 ans et à travers ses 3 profils de…

Lire l'article
Coronavirus : les Français très actifs en Bourse

En pleine épidémie de Covid-19, les achats d’actions françaises par des particuliers ont été multipliés par quatre en mars par rapport à la même période de l’an dernier. Le krach boursier consécutif à l’épidémie de coronavirus n’a pas douché les ardeurs des boursicoteurs. Loin de là. C’est même, contre toutes attentes, l’inverse qui semble se…

Lire l'article