Les futurs « hotspots » du coworking en Europe

Alors que Londres et Paris dominent aujourd’hui largement le marché européen des bureaux partagés, Stockholm et Dublin pourraient bientôt les talonner.

Les hégémonies londonienne et parisienne en matière de coworking devraient être bousculées dans les prochaines années. C’est du moins ce qui ressort d’une étude prospective rendue publique le 8 avril 2019 et réalisée par le département « Research » du conseiller en immobilier d’entreprise Cushman & Wakefield.

Selon cette enquête baptisée « European coworking hotspot », les principales métropoles européennes devraient rattraper leur retard sur Londres et Paris dans le domaine des bureaux partagés et autres « flex offices » dans les années à venir. Pour arriver à cette conclusion, l’équipe « EMEA Research & Insight » (recherche et prospective pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique) de Cushman & Wakefield a créé un indice exclusif, le « European Coworking Hotspot Index ».

L’effet « booster » de l’économie numérique

Cet indicateur, qui prend en compte les données immobilières et économiques, la taille et l’environnement des entreprises, ainsi que les ressources humaines, a été appliqué à 40 villes d’Europe. Si Londres et Paris arrivent largement en tête avec des scores respectifs de 183 et 145 points, Stockholm et Dublin ne sont pas loin avec 139 et 132 points. Toujours dans le top 10, viennent ensuite Copenhague (126 points), Munich (118 points), Berlin et Helsinki (ex aequo avec 116 points), Amsterdam (114 points) et Madrid (100 points).

En réalité, le coworking pourrait rabattre profondément les cartes du marché européen de l’immobilier d’entreprise, estime Cushman & Wakefield. Particulièrement prisée des start-ups, cette nouvelle organisation de travail profite de l’essor de l’économie numérique. Or, contrairement au secteur industriel dépendant des sites de production ou même au secteur financier lié aux places boursières, la « tech » n’a pas de frontières.

Changement « disruptif »

L’offre immobilière, les niveaux des loyers, la qualité des infrastructures et des transports publics ou encore la qualification de la main-d’œuvre priment avant tout. Compte tenu de ce changement considéré comme « disruptif » par Cushman & Wakefield, les utilisateurs vont plus que jamais avoir la main. « Le développement du coworking oblige opérateurs et propriétaires à repenser la manière dont ils conçoivent et aménagent les espaces de bureau traditionnels, afin de répondre au mieux à l’évolution de la demande des utilisateurs », estime Catherine Bai, analyste senior EMEA Research & Insight.

Cushman & Wakefield souligne, par ailleurs, que de nombreuses autres villes européennes, qui ne figurent pas au top 10 de l’indice, pourraient potentiellement devenir de futurs « hotspots » de coworking. Le conseiller en immobilier constate, en effet, dans ces agglomérations, une forte augmentation des offres de bureaux équipés et gérés, ce qui indique une demande accrue pour des solutions de location flexibles, y compris de la part d’entreprises traditionnelles.

 

Source : http://www.cushmanwakefield.co.uk/en-gb/research-and-insight/2019/european-coworking-hotspot-index?utm_source=Cision&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Hotspots+coworking+Europe&utm_content=Cushman+Wakefield+identifie+les+futurs+hotspots+de+coworking+en+Europe&utm_term=coworking

Des questions ?

Nos experts sauront répondre à vos interrogations et vous donner des informations complémentaires

Vous aimerez aussi...

Coronavirus : impact limité sur les bureaux franciliens ?

Dans une note récente, un dirigeant du conseiller en immobilier CBRE estime que le marché tertiaire locatif pourrait rebondir dès 2021 en Île-de-France. Le marché de l’immobilier d’entreprise devrait connaître une reprise dès l’an prochain dans la région francilienne. C’est du moins ce que pronostique Grégoire de la Ferté, directeur exécutif Bureaux Île-de-France chez le…

Lire l'article
Bureaux : les investisseurs roulent pour les transports

La qualité du réseau de transports publics représente le premier critère de sélection pour les investisseurs immobiliers, selon la dernière étude conjointe du cabinet PwC et de l’association Urban Land Institute.   Les transports publics arrivent en tête des critères de sélection des investisseurs immobiliers. C’est l’un des enseignements plutôt surprenants de la 17ème édition…

Lire l'article
Bureaux : des valeurs locatives très contrastées dans l’Ouest parisien

Si les bureaux sont loués en moyenne 220 euros le mètre carré par an à Nanterre-Préfecture, les prix grimpent à 560 euros le mètre carré par an à Charles de Gaulle – Étoile. En matière d’immobilier d’entreprise, on a l’habitude d’opposer l’ouest et l’est de Paris (en intégrant sa périphérie), le premier étant réputé plus…

Lire l'article
Les bureaux concentrent les investissements

Sur les six premiers mois de l’année, les bureaux ont représenté 77% des montants investis en France dans l’immobilier d’entreprise. Les investisseurs disent plus que jamais banco aux bureaux. Ces actifs ont représenté 77% des montants investis sur le marché français de l’immobilier d’entreprise au premier semestre 2019, selon une récente étude du leader mondial…

Lire l'article