Les bureaux concentrent les investissements

Sur les six premiers mois de l’année, les bureaux ont représenté 77% des montants investis en France dans l’immobilier d’entreprise.

Les investisseurs disent plus que jamais banco aux bureaux. Ces actifs ont représenté 77% des montants investis sur le marché français de l’immobilier d’entreprise au premier semestre 2019, selon une récente étude du leader mondial du conseil et des services immobiliers pour les professionnels JLL (ex-Jones Lang LaSalle).

Il faut dire que les investissements dans les bureaux dans l’Hexagone ont augmenté de 7% en glissement annuel pour atteindre près de 9,8 milliards d’euros tandis que, dans le même temps, le marché de l’immobilier d’entreprise a crû de seulement 2% sur un an, avec un peu plus de 12,7 milliards d’euros d’engagements. La progression des investissements dans les bureaux étant plus importante que celle du marché dans son ensemble, leur poids augmente logiquement.

Percée des Coréens

Tous actifs confondus, les fonds d’investissement arrivent en tête des investisseurs avec près de 3,3 milliards d’euros d’engagements, soit 30% de l’activité enregistrée sur les six premiers mois de l’année. Viennent ensuite les investisseurs institutionnels, les fameux « zinzins » (assureurs, caisses de retraite…), qui totalisent 2,8 milliards d’euros d’investissements, pour une part de marché de 26%. Ils sont talonnés par les gestionnaires de sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) et d’organismes de placement collectif immobilier (OPCI) avec 2,7 milliards d’euros, représentant 25% des engagements.

À noter : les investisseurs étrangers demeurent très actifs. Ils représentent à eux seuls 35% des investissements réalisés sur le marché français de l’immobilier d’entreprise au premier semestre 2019. Si les investisseurs britanniques et allemands restent toujours très présents (respectivement 8% et 7% de l’activité), leurs homologues sud-coréens font une percée. Ils concentrent 8% des engagements effectuées de janvier à juin à l’échelle nationale.

Les Coréens ont « délaissé Londres en raison des incertitudes liées au Brexit et profitent du contexte actuel de taux bas et de taux de change avantageux pour acquérir des actifs de grande envergure situés à Paris ou en première périphérie parisienne », expliquent les auteurs de l’études de JLL. Les pays européens, autres que le Royaume-Uni et l’Allemagne, représentent à peine 3% des investissements au premier semestre 2019, 2% pour le Moyen-Orient et 1% pour les États-Unis.

 

Source : https://www.jll.fr/content/dam/jll-com/documents/pdf/research/emea/france/fr/Panorama_investissement_France_T2_2019_JLL.pdf

Des questions ?

Nos experts sauront répondre à vos interrogations et vous donner des informations complémentaires

Vous aimerez aussi...

Coronavirus : impact limité sur les bureaux franciliens ?

Dans une note récente, un dirigeant du conseiller en immobilier CBRE estime que le marché tertiaire locatif pourrait rebondir dès 2021 en Île-de-France. Le marché de l’immobilier d’entreprise devrait connaître une reprise dès l’an prochain dans la région francilienne. C’est du moins ce que pronostique Grégoire de la Ferté, directeur exécutif Bureaux Île-de-France chez le…

Lire l'article
Bureaux : les investisseurs roulent pour les transports

La qualité du réseau de transports publics représente le premier critère de sélection pour les investisseurs immobiliers, selon la dernière étude conjointe du cabinet PwC et de l’association Urban Land Institute.   Les transports publics arrivent en tête des critères de sélection des investisseurs immobiliers. C’est l’un des enseignements plutôt surprenants de la 17ème édition…

Lire l'article
Bureaux : des valeurs locatives très contrastées dans l’Ouest parisien

Si les bureaux sont loués en moyenne 220 euros le mètre carré par an à Nanterre-Préfecture, les prix grimpent à 560 euros le mètre carré par an à Charles de Gaulle – Étoile. En matière d’immobilier d’entreprise, on a l’habitude d’opposer l’ouest et l’est de Paris (en intégrant sa périphérie), le premier étant réputé plus…

Lire l'article
Bureaux : Londres pas si pénalisée par le Brexit

Les transactions dans la capitale britannique sont en baisse, mais pas autant que redouté alors que la date de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne se rapproche, observe une étude récente. Finalement, l’immobilier d’entreprise londonien semble faiblement impacté par le Brexit. Certes, avec 549.000 mètres carrés, le volume des transactions de bureaux dans la capitale…

Lire l'article