Le « flex office » gagne du terrain en France

Près d’un quart des surfaces de bureaux seront consacrés aux espaces de travail partagés d’ici 2020, selon les décideurs immobilier français interrogés par JLL.

La vogue du « sans bureau fixe » n’est pas prête de retomber. Le « flex office » (« bureau flexible » en français) ferait en effet de plus en plus d’adeptes dans l’Hexagone, à en croire le spécialiste du conseil en immobilier d’entreprise JLL (ex-Jones Lang LaSalle) qui vient de publier un rapport sur le sujet. Le principe de ce concept très développé outre-Manche : les salariés ne disposent plus d’un espace de travail attitré, mais s’installent avec leur ordinateur portable là où ils trouvent de la place.

Le « flex office » va donc au-delà des simples « open spaces », aujourd’hui largement répandus dans les entreprises françaises, puisque le collaborateur ne sait pas à quel endroit il va travailler lorsqu’il arrive le matin. D’après les 46 décideurs immobiliers français interrogés par JLL, 24% du portefeuille d’immobilier d’entreprise seront consacrés en France aux espaces de travail flexibles d’ici 2020, contre 18% en 2018. Il est vrai que 61% de ces décideurs souhaitent accroître « la flexibilité et l’agilité pour améliorer l’expérience de travail ».

Réduction de l’empreinte immobilière

Pour mieux cerner les avantages et inconvénients du « flex office », JLL a questionné 12 entreprises (*) pratiquant ce mode d’organisation du travail depuis plusieurs semaines ou plusieurs années, représentant 32.000 salariés et 417.000 mètres carrés de bureaux. Il en ressort que la moitié de ces sociétés ont réduit, par ce biais, leur empreinte immobilière de plus de 25%.

Un salarié occupe en moyenne 0,8 poste de travail. Ce taux peut même descendre à 0,5 poste par collaborateur dans certaines des entreprises interrogées. La surface moyenne occupée par chaque salarié est passée de 20 mètres carrés à 13 mètres carrés, le minimum se situant à 8 mètres carrés.

Gain d’espaces collaboratifs

Les salariés ayant plus que jamais besoin de se réunir et d’échanger, le flex office se traduit par une multiplication en moyenne par trois des espaces collaboratifs (salle de réunion, alcôves, agoras, espaces de brainstorming…) et dans les cas extrêmes, par six. 100% des entreprises sondées ont même installé un lieu de vie (« workafé », « mini-kitchen », « break point »…). 77% d’entre elles ont eu recours à un pilote, c’est-à-dire qu’elles ont d’abord nouveautesté le concept dans un endroit avant de le généraliser.

Conséquence directe du flex-office : 86% des entreprises interrogées ont développé le télétravail. L’appréhension de l’espace de travail ayant évolué, il paraît en effet important de donner la possibilité aux collaborateurs de travailler de chez eux s’ils le souhaitent.

L’étude de JLL a souhaité connaître justement l’opinion des salariés sur le flex office. Selon un sondage réalisé auprès de 70 collaborateurs passés au bureau flexible, 22% y étaient réticents au départ. Après le déménagement dans les nouveaux locaux, 50% des sceptiques se déclarent conquis par ce nouveau mode de travail.

(*) ABB, Aviva, Axa, BNP Paribas, Cisco, Engie, IBM, Marsh, L’Oréal, PwC, Renault, Société Générale.

Source : https://www.jll.fr/dam/jll-com/documents/pdf/research/emea/france/fr/JLL_France_Etude_Flex_Office.pdf

Des questions ?

Nos experts sauront répondre à vos interrogations et vous donner des informations complémentaires

Vous aimerez aussi...

Tous les pans de la « pierre papier » progressent

Que ce soient les SCPI, les OPCI ou les sociétés civiles commercialisées dans le cadre de l’assurance vie, la performance de l’ensemble des fonds immobiliers non cotés a progressé au premier semestre 2021. Les trois grandes catégories de fonds immobiliers non cotés destinées aux particuliers avancent de concert. Selon les dernières données de l’Association française…

Lire l'article
Les bureaux franciliens amorcent un redressement

En dépit de l’épidémie de Covid-19, les données du 4ème trimestre 2020 sur le marché de l’immobilier d’entreprise en Île-de-France sont un peu meilleures que prévu.   La chute de l’immobilier d’entreprise francilien a été impressionnante l’an dernier, mais elle aurait pu être bien pire. Telle est l’impression générale qui ressort d’une série d’études publiées…

Lire l'article
Fonds immobiliers : comprendre le label ISR

L’Association française des sociétés de placement immobilier et le cabinet PwC viennent de publier une synthèse sur le nouveau label d’investissement socialement responsable, lancé en juillet, pour les fonds immobiliers non cotés. Le label ISR et les fonds immobiliers sont peu connus du grand public. C’est pourquoi l’Association française des sociétés de placement immobilier (Aspim)…

Lire l'article
Coronavirus : impact limité sur les bureaux franciliens ?

Dans une note récente, un dirigeant du conseiller en immobilier CBRE estime que le marché tertiaire locatif pourrait rebondir dès 2021 en Île-de-France. Le marché de l’immobilier d’entreprise devrait connaître une reprise dès l’an prochain dans la région francilienne. C’est du moins ce que pronostique Grégoire de la Ferté, directeur exécutif Bureaux Île-de-France chez le…

Lire l'article