Coronavirus : impact limité sur les bureaux franciliens ?

Dans une note récente, un dirigeant du conseiller en immobilier CBRE estime que le marché tertiaire locatif pourrait rebondir dès 2021 en Île-de-France.

Le marché de l’immobilier d’entreprise devrait connaître une reprise dès l’an prochain dans la région francilienne. C’est du moins ce que pronostique Grégoire de la Ferté, directeur exécutif Bureaux Île-de-France chez le cabinet de conseil en immobilier CBRE France dans une note publiée le 3 avril 2020.

Si le dirigeant parait si confiant, c’est parce qu’en dépit de l’épidémie de coronavirus qui pèse fortement sur l’activité, le marché tertiaire locatif n’a pas totalement été stoppé dans la première région économique française. « Des transactions continuent de se signer, y compris durant la période de confinement », constate Grégoire de la Ferté. Les projets immobiliers des entreprises s’inscrivent en effet sur le long terme.

Hausse modérée du taux de vacance

En outre, le consultant souligne que si le taux de vacance risque de progresser sous l’effet de la multiplication des faillites, le phénomène n’est pas très grave sachant que cet indicateur avait atteint, avant la pandémie, un niveau historiquement bas. Fin 2019, il se situait à moins de 2% à Paris et à moins de 5% dans l’ensemble de l’Île-de-France.

Et il n’est même pas sûr qu’il augmente fortement dans les mois à venir. « Les chantiers de construction étant aujourd’hui à l’arrêt, de nombreux retards de livraisons de projets neufs/restructurés sont anticipés, ce qui permettra de contenir l’augmentation de la vacance sur les prochaines semaines », estime Grégoire de la Ferté.

Recul limité des valeurs locatives

Compte de la hausse limitée du taux de vacance et du décalage – voire des annulations dans certains cas – des chantiers, les valeurs locatives devraient reculer de manière modérée dans la région-capitale. Grégoire de la Ferté table sur une baisse des prix comparable à celle engendrée par la crise financière de 2008 et par la crise des dettes souveraines de 2011. Soit de l’ordre de – 5%.

La situation du marché locatif des bureaux franciliens n’est donc pas si noire. Du coup, le rebond n’en sera que plus important une fois la reprise économique enclenchée. Avec, toutefois, un bémol : « Le timing de cette reprise dépendra de la durée et de l’ampleur de [la] crise sanitaire et économique », prévient Grégoire de la Ferté. Plus le confinement durera, et plus le retour à la normale sera tardif

Source : https://www.cbre.fr/fr-fr/covid-19/articles/marche-locatif-bureaux-idf-covid-19

Photo :  Pierre Blaché

Des questions ?

Nos experts sauront répondre à vos interrogations et vous donner des informations complémentaires

Vous aimerez aussi...

Bureaux : les investisseurs roulent pour les transports

La qualité du réseau de transports publics représente le premier critère de sélection pour les investisseurs immobiliers, selon la dernière étude conjointe du cabinet PwC et de l’association Urban Land Institute.   Les transports publics arrivent en tête des critères de sélection des investisseurs immobiliers. C’est l’un des enseignements plutôt surprenants de la 17ème édition…

Lire l'article
Bureaux : des valeurs locatives très contrastées dans l’Ouest parisien

Si les bureaux sont loués en moyenne 220 euros le mètre carré par an à Nanterre-Préfecture, les prix grimpent à 560 euros le mètre carré par an à Charles de Gaulle – Étoile. En matière d’immobilier d’entreprise, on a l’habitude d’opposer l’ouest et l’est de Paris (en intégrant sa périphérie), le premier étant réputé plus…

Lire l'article
Les bureaux concentrent les investissements

Sur les six premiers mois de l’année, les bureaux ont représenté 77% des montants investis en France dans l’immobilier d’entreprise. Les investisseurs disent plus que jamais banco aux bureaux. Ces actifs ont représenté 77% des montants investis sur le marché français de l’immobilier d’entreprise au premier semestre 2019, selon une récente étude du leader mondial…

Lire l'article
Bureaux : Londres pas si pénalisée par le Brexit

Les transactions dans la capitale britannique sont en baisse, mais pas autant que redouté alors que la date de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne se rapproche, observe une étude récente. Finalement, l’immobilier d’entreprise londonien semble faiblement impacté par le Brexit. Certes, avec 549.000 mètres carrés, le volume des transactions de bureaux dans la capitale…

Lire l'article